la maison d’éducation de la légion d’honneur

Font Size » Large | Small


L’ensemble architectural

 

La Maison d'éducation de Saint-Denis est la deuxième maison fondée par Napoléon, en 1809, après celle d'Ecouen en 1807. Elle occupe les bâtiments abbatiaux de la célèbre basilique gothique de Saint-Denis-en-France où sont inhumés presque tous les rois de France.

Les bâtiments abbatiaux - dont l'architecture médiévale a subsisté jusqu'en 1700 - ont été entièrement reconstruits par de prestigieux architectes du 18ème siècle. Robert de Cotte, l'architecte à qui Louis XIV avait confié l'édification de la chapelle du château de Versailles, est l'initiateur des projets de reconstruction du cloître. Les ailes orientales et méridionales sont achevées en 1720, mais les travaux sont interrompus par sa mort. Ils reprennent en 1737 : avec l'accord de Jacques Gabriel, alors premier architecte du roi,Charles Bonhomme achève le cloître et bâtit une partie de l'aile occidentale. Le gros œuvre est terminé en 1765. Enfin, la cour d'honneur est limitée par deux bâtiments circulaires dus à Charles Wailly.

L'ensemble architectural est entouré d'un parc de plusieurs hectares, enveloppant les bâtiments anciens comme les plus contemporains.

Le cloitre

 

le cloître est réputé pour être le plus vaste de France. Des pilastres doriques ornent les quatre galeries voûtées en plein cintre. Dans la galerie nord, une double porte conduit à l'église abbatiale célèbre pour ses tombeaux royaux. Au bout de cette allée septentrionale, une niche abrite la seule statue restée en place depuis son installation : une Vierge à l'enfant sculptée par Pierre Surugue.

Les trois monumentaux escaliers du cloître, réalisés successivement au 18ème siècle, sont tous différents par leur dessin et leur rampe en fer forgé. Ci-contre l'escalier menant aux dortoirs des élèves précédé de la grille en fer forgée du Frère Denis.

Le réfectoire, autrefois réfectoire des moines, est aujourd'hui la salle à manger des élèves. Il abrite un retable du 17ème siècle peint par Gaspar de Crayer, représentant le martyre de saint Denis et de ses deux compagnons, Rustique et Eleuthère. Les tables de chêne et de marbre datent de la fondation de la Maison d'éducation.

L'ancienne salle des gardes du corps du roi, destinée aux festins lors des obsèques solennelles, fut transformée en chapelle en 1829. Décorée de grands tableaux copiés par des dames éducatrices et demoiselles d'après les originaux du Louvre, elle est dotée d'un orgue intéressant.

La salle du chapître, où se réunissaient les moines pour y lire chaque jour un chapître de la Règle de Saint-Benoît qui s'appliquait alors, est aujourd'hui la salle d'arts plastiques des élèves.

Le parc

La façade sur le parc, conçue par l'architecte Robert de Cotte, inaugurée en 1717, se déploie sur 140 m. Elle abritait au rez-de-chaussée : la salle capitulaire (atelier de dessin depuis 1811), la salle du roi (aujourd'hui bibliothèque ancienne), un vestibule central, la salle des gardes (chapelle depuis 1829), la salle des Princes légitimés (devenue sacristie). A l'étage les anciennes cellules de moines ont été transformées en dortoirs pour les élèves.

Le pavillon de musique, construit par la Troisième République en 1896 pour les distributions de prix des élèves, est aujourd'hui une salle des fêtes.

L'ensemble scolaire, achevé en 1985, regroupe les salles de classe. Son architecture très basse, éclairée par des patios, ouverte sur des aménagements paysagers, ménage une vue sur l'abbaye et le stade de France.

Les façades et le jardin

Les façades et le jardin du cloître ont été rénovés pour le Bicentenaire de la Légion d'honneur en 2002 

La porte d'entrée en arc de triomphe, proclame l'appartenance royale de l'abbaye. Elle relie deux bâtiments formant hémicycle, qui servaient de communs à l'abbaye.

La façade de l'aile occidentale de l'abbaye découle d'un projet de Robert de Cotte, premier architecte du roi à la fin du règne de Louis XIV, largement remanié par ses successeurs. Jacques Gabriel, architecte auprès de Louis XV, ajouta un pavillon central à pans coupés au centre, qui permet d'accéder au vestibule d'honneur où sont traditionnellement accueillis les chefs d'Etat.

Cette aile de l'abbaye a subi beaucoup de modifications intérieures. Elle abritait au rez-de-chaussée des salles d'apparat, somptueusement décorées pour les hôtes de marque : salle des Princes du Sang, salle du Dauphin et de la Dauphine, salle des Grands du Royaume, salle Henri IV, salle des Dames... 

Auteur: Mourad

Partager cet article sur

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This

je le partage

je partage avec mes amis