Leflaye mon village

Font Size » Large | Small


Leflaye mon village, un village perché sur les hauteurs de Sidi-Aich  ou il y fait bon vivre ou la douceur de sa brume matinale n’avait d’égal que la brise du soir en se promenant dans ses ruelles des souvenirs remontent tel le remugle l’époque ou on jouait à thikkar (art martial kabyle) haut les brins (saute mouton) la délivrance ,  l’époque ou  on se construisait soi-même sa trottinette (thakarousthe n’les roulements) c’était l’époque ou tout était rythmé par les saisons et le rythme scolaire !!

C’était l’époque ou les matchs de football se jouaient dans des stades inclinés (Thiainsrine) ou à deux niveaux (Iainkvouthène)  et pleins d’autres avec chacun sa spécificité et pratiquement  tous étaient en bordure de ravin et clôturés de figues de barbarie ce qui explique un niveau de déperdition de ballons oh combien précieux très élevé c’était l’époque ou on passait plus de temps à aller le chercher qu’a se le disputer sur le terrain !

C’était l’époque ou quand on avait 5,6 ans et qu’on habitait l’harra thalla ou l’djamaa faire un tour à thignathine, l’harra oufella, l’harra wada ou l’harra imédhéléne relevait de l’exploit.

C’était l’époque ou Al maadhi, Izghéd ou Ait-Daoud  étaient le bout du monde !

C’était l’époque sans soucsience, ou on pouvait laisser son fils dehors sachant que des dizaines de paires de yeux sont rivés sur lui et que de toute façon quoi qu’il arrive y’en aura toujours quelqu'un pour le protéger !

C’était l’époque ou quand vint la nuit et autour d’un âtre on écoutait les histoires de fantômes de géants de cimetières d’ogres de tseriél et du grain de pois-chiche !

C’était l’époque ou les vacances paraissaient tellement longues qu’a la fin on croyait qu’on a jamais été à l’école !

C’était l’époque ou on vadrouillait dans les champs pour ramasser les olives, histoire de se faire un peu d’argent de poche, on cueillait les figues qu’on on avait faim et accéder à un champ ou il y’avait de la vigne relevait de la quête d’un trésor à tel point qu’on se dépêchait de les cueillir peu importe si elles sont mures ou pas pourvu que personne d’autre ne les cueille avant nous.

C’était l’époque ou on attendait l’arrivée des merles avec enthousiasme, ou les plus chanceux les piégeaient avec ceux en fil de fer alors que les plus démunis avaient droit à des pièges en pierres plates (thivladhines) ou à figue de barbarie (Ahvoul oukarmous).

 C’était une époque qui ne reviendra jamais, une époque que les nouvelles générations ne connaitront jamais hélas !

c’était une époque qui est passée tellement vite ……trop vite !

Auteur: Mourad

Partager cet article sur

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This

je le partage

je partage avec mes amis